BIENVENUE SUR NOTRE SITE ! 

Armoiries du village de Chérisy, Pas de Calais.
Major General Georges Philéas VANIER (1888-1967). Photo de 1943.

Ce site a été créé pour répondre aux besoins et aux questions des citoyens canadiens en recherche d'informations ou en pélerinage historique sur la commune de Chérisy. Il poursuit un but éducatif et vise à entretenir le devoir de mémoire. A l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, plusieurs associations désiraient œuvrer en collaboration avec la municipalité de Chérisy afin de tenter de réhabiliter les combats du 27 au 29 août 1918, lointains ou flous, parfois même inconnus dans la mémoire collective. Elles ont été entendues et remercient vivement messieurs VISENTIN et ROCHE, maires de Chérisy et de Guémappe pour leur écoute positive et leur appui pour promouvoir cette bataille et élaborer un projet de commémoration pour 2018. Le centenaire apparait comme l'ultime chance de rendre les honneurs qu'ils méritent aux centaines de soldats canadiens tombés lors de cette bataille sur le territoire de Wancourt, Guémappe et Chérisy. Ils étaient majoritairement canadiens-français, venus du Québec, du Nouveau Brunswick et d'autres provinces du Canada, mais aussi Acadiens expatriés aux Etats-Unis. Leurs racines étaient françaises et ils ne l'ont jamais oublié. Parmis ces braves se trouvaient des hommes qui bien que touchés durement dans leur chair à Chérisy, connurent de grands destins. Tel le Major Georges VANIER qui y perdit une jambe lors de l'assaut du 28 août 1918. Il prendra en 1925 le commandement du célèbre Royal 22ème Regiment, héritier du 22ème Bataillon, avant d'être promu Général de Division en 1942 puis de devenir le premier Gouverneur Général francophone du Canada, en 1959 ! Nous sommes leurs lointains cousins et nous leur sommes redevables de notre liberté. Leur sacrifice sur la terre de France nous touche particulièrement.

09/11/2016.

Suite à une tentative de récupération sans scrupule des fruits des 4 ans de travail nécessaires à la réalisation de ce site et du projet Chérisy 2018, Chérisy-Castor-18 se voit contraint de protéger tous les dossiers traitant de cette bataille, en les retirant. Ceux-ci sont bien entendu parfaitement préservés et seront mis à la disposition des amis canadiens qui se sont manifestés ces dernières années ainsi qu'à ceux qui se signaleraient ultérieurement. Nous sommes sincérement désolés d'avoir dû procéder ainsi, mais la bataille de Chérisy, longtemps oubliée et maintenant éclairée, semble attirer subitement des opportunistes, tentant d'obtenir les honneurs et la reconnaissance en s'appropriant l'humble travail d'une équipe qui elle ne recherche qu'une chose: rendre l'hommage qui est dû aux canadiens-français sacrifiés à Chérisy. 

L'insigne au castor du 22ème Bataillon, créé en 1914. II sera modifié pour porter le chiffre 22 en 1918.

Chérisy-Castor-18 est né d'une idée simple: sortir de l'oubli le sacrifice des soldats Canadiens-Français du 22ème Bataillon d'infanterie. Ceux-ci s'emparèrent avec le Victoria Rifles du village de Chérisy et le tinrent de haute lutte malgré les contre-attaques allemandes. Toutes les tentatives précédentes s'étaient soldées par un échec. Leur action, au cours d'un été 1918 particulièrement meurtrier pour le Corps Canadien, permit de mettre un terme à près de 47 mois d'occupation allemande. Cette période, connue sous le nom de "bataille des 100 jours" ou encore "big push" en anglais, vit la libération d'une majeure partie de l'Artois et du Cambrésis. Après le dégagement de la ville de Cambrai, la guerre de positions dans cette région se terminait définitivement et la guerre de mouvement reprenait jusqu'à la victoire finale le 11 novembre. Mais la vaillance des canadiens fut payée bien chèrement et certaines unités furent quasiment anéanties ou profondément désorganisées.

 

Ce fut le cas pour le  vaillant 22ème Bataillon, qui alignait plus de 600 soldats juste avant son attaque contre Chérisy, au matin du 27 août 1918. Ce Bataillon figurait parmi l'élite du Corps Canadien. Il était auréolé d'une gloire chèrement acquise à Courcelettes et à la tranchée Régina, en septembre et octobre 1916. C'est sans doute pour cette raison qu'il fut mis en ligne face à Chérisy avec mission de percer son système de défense, de franchir la Sensée puis d'enfoncer la ligne Fresnes-Rouvroy avant d'atteindre la route d'Hendecourt. Cette attaque ambitieuse, hâtivement préparée fut un carnage. Le dernier objectif ne put être atteint par l'unité décimée mais elle avait pris Chérisy et l'avait défendu au prix de son sang. Quand le 22ème Bataillon fut  relevé dans la nuit du 29 août, à 4 heures il ne comptait plus que 39 hommes encore valides sous le commandement d'un Sergent-Major de Compagnie. Tous les officiers avaient été mis hors de combat et le Bataillon aura besoin de plusieurs semaines pour se réorganiser et redevenir à nouveau opérationnel.

Le cimetière militaire Québec qui abrite les sépultures de canadiens-français des 22ème et 24ème Bataillon. Il est le seul cimetière en France à porter ce nom et à rappeler cette province du Canada.
Insigne d'épaule identifiant le 22ème Bataillon, dans la 5ème Brigade de la 2ème Division canadienne. Modèle pour officier.

Partant du constat que les canadiens francophones semblent nombreux à vouloir s'intéresser à cette période de leur histoire, qu'il ne subsiste aujourd’hui en France que des bribes de la mémoire collective et qu'enfin il ne reste que de rares vestiges qui témoignent de cette sanglante bataille, nous avons élaborer un projet qui se donne 3 ans pour aboutir. L'adhésion de la municipalité de Chérisy fut une étape importante, sinon incontournable pour faire évoluer les choses. Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, nous formulons les propositions suivantes :

 

 

  • Organiser le week-end du 25 au 26 août 2018 une petite commémoration dans la commune à laquelle seraient conviées, autorités civiles et militaires canadiennes et françaises, familles de vétérans et population du village.

 

  • Dévoiler une petite stèle dans le village qui rappellerait le sacrifice des soldats du 22ème Bataillon et ferait connaître la bataille de Chérisy.

 

  • Faire planter par une autorité, un arbre de la paix, par exemple un jeune érable symbolisant l'amitié entre les nations françaises et canadiennes. Où encore faire deposer une fleur, un petit drapeau du Québec sur chacune des tombes des soldats québecois du "Vandoos" par des enfants du village, comme cela se fait dans les cimetières canadiens aux Pays-Bas.

 

  • Mettre en place une exposition d'objets et de  documents historiques retraçant la vie du village pendant la guerre 1914-18 et qui évoquerait également le sacrifice des enfants de Chérisy, morts pour la France. (exposition pouvant être complétée par un petit bivouac militaire canadien en tenue d'époque).

     

Dans cet optique, Chérisy Castor 18 s'intéresse à tout ouvrage, documents, cartes, rapports de combat ou objets évoquant la bataille du 27 au 29 août 1918 ou relatant l'action des soldats canadiens-français pendant celle-ci. L'idée serait de de créer un fond d'archive qui permettra aux jeunes générations Québecoises et Françaises de comprendre l'importance et le déroulement de ce terrible combat au sein de la bataille des cent jours. Ce fond pourrait être remis à la commune de Chérisy et devrait aider à se faire une vision précise du déroulement de la bataille pour enfoncer la ligne Fresnes-Rouvroy. Cette "base de mémoire" d'un grand intérêt, contribuera à resserrer encore les liens d'amitié qui unissent les peuples canadiens et français.

 

Pour parvenir à réaliser ce lourd et long travail nous faisons appel à toutes les bonnes volontés, aux passionnés d'histoire, détenant, uniformes, militaria, objets divers évoquant la guerre 14-18 ou le 22ème Bataillon et la bataille de Chérisy. Ceci afin de voir dans quelle mesure nous pourrions présenter cette petite exposition en 2018. N'hésitez pas à nous contacter par l'intermédiaire de la boîte mail du site.

LE GROUPE DE TRAVAIL "CENTENAIRE GRANDE GUERRE" A CHERISY.

Cette équipe formée en juin 2015 est composée de passionnés d'histoire, de reconstitutions historiques mais aussi de personnes de bonne volonté, tous très respectueux du devoir de mémoire. Le site Chérisy-Castor-18 est son support historique, un outil à portée de tous, une base de donnée française évolutive, fiable et unique au sujet de cette bataille. Il a été créé le 19 décembre 2013.

 

L'information concernant les activités du goupe de travail est relayée par une page Facebook dédiée : La Bataille de Chérisy, "je me souviens". Le désir de rendre hommage aux canadiens à l'occasion du centenaire n'est pas récent et d'autres villageois avaient pendant un temps exploré quelques pistes afin de créer un événement en 2018. La 1ère Marche Souvenir du Castor, le 14 juin 2015, a fédéré un noyau concret composé du Groupe "Souvenirs de Soldats" pour la partie histoire vivante, Chérisy-Castor-18 pour la partie recherches historiques, documentaires et contacts avec le Canada et le groupe de travail composé de Chérisiens volontaires et actifs pour préparer les commémorations de 2018.

 

Les actions menées sont autant que possible bénévoles et visent à faire connaître et comprendre cette histoire perdue à la population locale. Un drame s'est passé sur le territoire de Chérisy, lors des combats du mois d'août 1918 qui eurent pour conséquences un bilan en pertes humaines excessivement lourd, notamment pour le Bataillon Canadien-Français.

 

DES PROJETS ANTERIEURS AU CENTENAIRE.

 

En tant que passionné d'histoire, Le créateur du site Chériy-Castor-18 a ces dernières années, participé à l'organisation et au déroulement de plusieurs expositions ayant pour sujet la Grande Guerre, le second conflit mondial ou encore les guerres coloniales mais aussi à des projets plus complexes comme les recherches qui permirent l'inauguration, en mai 2010, d'une stèle à la mémoire d'aviateurs britanniques tombés sur le territoire d'Haucourt. Fin septembre 2013, nous avons eu la joie d'accueillir et de guider une équipe du groupe canadien PVP qui souhaitait réaliser un documentaire sur l'ancien champ de bataille de Chérisy. Séduits par cette belle initiative, nous  avons modestement collaboré à ce film permettant de faire sortir de l'oubli les combats meurtriers qui se sont déroulés, à deux pas de chez nous, entre le 27 et le 28 août 1918. Les Obus de Chérisy, documentaire du groupe PVP de Matane (Québec) a été réalisé par Robert Tremblay, asssité dans son tournage par Christian Lamontagne et Sam Nissim. Programmé initialement en première diffusion sur la chaîne "radio canada" le 11 novembre 2015, il a été  finalement dévoilé au grand public au début du printemps 2016 et a reçu d'excellentes critiques. L'équipe de tournage se montre d'ailleurs désireuse de participer aux commémorations d'août 18 et envisage de présenter le film à la population chérisienne.

 

C'est cette rencontre avec nos "cousins" de la Belle Province qui nous a fait prendre conscience de l'importance au Canada, du combat de Chérisy. En effet, des Canadiens-Français, du Québec et d'autres provinces du Canada, souhaitent pouvoir se recueillir à l'endroit où ont combattu et bien souvent sont tombés des membres de leurs familles. Jusqu'à ce jour, nous n'avions à leur proposer que la visite des cimetières militaires du Québec et de Sun Quarry pour lieu de pélerinage. Chérisy malgré un très beau potentiel historique demeure en Artois un des rares endroits ou les combats libérateurs ne sont pas encore commémorés. Mais il reste 3 ans pour que nous puissions faire quelque chose qui restera dans les mémoires.

 

On ne peut que regretter cet oubli du sacrifice des Québecois. D''autres cas d'attaques similaires, coûteuses en vies humaines sont commémorées depuis longtemps dans notre secteur. A Monchy le Preux notamment où le Royal Newfoundland Regiment, canadien lui aussi, a été une seconde fois décimé le 14 avril 1917 (après Beaumont Hamel le 1er juillet 1916). Ces deux batailles sont parfaitement relatées sur les lieux des combats. Un parc memorial  où les tranchées sont dominées par une splendide statue de caribou existe à Beaumont et un monument similiare trône au-dessus d'une casemate allemande à Monchy et cela depuis bien avant la seconde guerre.

 

Commémorer cette bataille à Chérisy ne reviendrait pas forcément à entreprendre des choses exceptionnelles, mais il faudra le faire officiellement, dignement et modestement. Pour les québecois, il ne s'agit nullement de faire de Chérisy un équivalent de Vimy. Le parc mémorial, si beau et majestueux restera à jamais en terre française, le lieu mythique où l'Unité canadienne a fait ses premiers pas et à prouvé sa vaillance. Mais Ici en Artois, terre de tant de larmes et de sang, un lieu chargé de leur histoire et de leurs souffrances a glissé au fil du temps vers l'oubli...

 

Le sacrifice des terre-neuviens est rappelé symboliquement par un "Caribou" à Monchy et celui des  australiens par un "Digger" à Bullecourt. Deux mémoriaux canadiens ornent nos campagnes à Dury et à Bourlon. De petites communes comme Villers, Cagnicourt et Hendecourt les Cagnicourt ont dans un effort que nous saluons, rendu hommage aux soldats tombés sur leur territoire en inaugurant des plaques commémoratives ou de petites stèles. les combats libérateurs de ces communes ne fut cependant possible que grâce au sacrifice des canadiens à Chérisy. Alors, peut-être qu'ensemble nous pourrions montrer notre attachement et notre reconnaissance légitime aux Canadiens-Français? Nous avons l'opportunité de faire sortir de l'oubli cette attaque de Chérisy a l'occasion du centenaire de la Grande Guerre. Un petit monument représentant le castor, animal emblématique du Québec, province où fut levée le Bataillon ou peut-être juste une stèle ornée d'une plaque explicative serait idéale et pourrait ainsi rappeler le destin tragique des "Vandoos" en ces lieux. A chérisy, le groupe de travail étudie cette possibilité avec le plus grand sérieux.

Marche Souvenir du Castor, Dimanche 14 juin 2015. En uniforme, les membres de l'association Souvenirs de Soldats, puis de gauche à droite, Mr Reynald Roche, maire de Guémappe, Mme Béatrice Couadier-Letombe, derrière Mr Patrick Visentin, maire de Chérisy et à droite, l'auteur de ces pages...
Entièrement détruit dès les combats de Mai 1917, Chérisy s'est vu remettre la Croix de guerre 1914-1918 avec palme, le 24 septembre 1920. 2952 communes se sont vues attribuer cette décoration.

Notre message s'adresse aux populations françaises et canadiennes. Que vous soyez ou non descendant d'un vétéran de Chérisy, militaire actuel ou ancien du Royal 22ème, passionnés d'histoire, touriste ou en quête de renseignement sur la Grande Guerre, ce modeste site est le vôtre. Soyez donc les bienvenus, faites le vivre et grandir par vos suggestions, vos photos et vos témoignages. En unissant nos efforts par-delà l'Atlantique, nous atteindrons notre but: sortir de l'oubli la bataille de Chérisy et commémorer le sacrifice des soldats du 22ème Bataillon Canadien-Français. Soyons tous solidaires si nous voulons que la graine plantée ici aujourd'hui fasse pousser un arbre aussi fort, aussi imposant que l'érable du Canada...

 

 

 

Nous dédions ces pages aux familles canadiennes francophones et anglophones qui ont perdu un ascendant lors des combats de la 5ème Brigade sur Chérisy et à tous nos cousins d'outre-atlantique désireux d'en connaître un peu plus sur leur glorieux passé militaire. Nous encourageons vivement les descendants de disparus ou  de vétérans des combats de Chérisy à se rapprocher de nous s'ils souhaitent obtenir des renseignements, s'orienter sur le terrain ou  encore retrouver une sépulture. Vous  pouvez laisser un message sur le site. Nous répondrons dans les plus brefs délais.

 

 

 

PARCE QU'ILS ONT RÉPONDU "PRÉSENTS" DÈS 1914, ET DONNÉ LEUR VIE POUR NOTRE LIBERTÉ, NOUS SERONS AU RENDEZ-VOUS EN AOÛT 2018 ! ! !



 

 

 

 

 

 

 

 

Souviens-toi





Aventuriers, volontaires, vieux chums, tous bons Canayens,

Nous avons quitté les rives du St Laurent pour devenir soldats.

Offrant nos poitrines pour préserver le vieux pays du déclin,

Nous arrivons, écoutez bien nos chants, cet accent d'autrefois



Chez nous, on ne recule pas, suivant l'exemple de Verdun !

A Courcelettes, Passchendaele et Amiens comme à Vimy,

On relève les copains, on tient et on s'accroche au terrain.

Nombreux sont les hauts-lieux où nous perdons des amis.



La fin du drame se profile, l'ennemi usé semble aux abois.

Bientôt nous le chasserons de tout le Nord du pays,

Notre poussée est décisive, c'est les 100 jours du Canada.

Au Québec bientôt je serrerai mon fils et ma Lucie.



C'est aujourd'hui qu'on la gagne ou qu'on la perd !

Mais tant d'entre-nous sont tombés déjà, tués nets ou criblés d'éclats.

Serait-ce bientôt la fin de cette maudite guerre?

Je crains que notre ardeur et notre jeunesse cette fois ne suffisent pas.



On doit passer et triompher là où tous ont failli jusqu'ici,

Demain on attaque encore malgré les pertes, la fatigue et le sang.

Mais il est solidement défendu, le petit bourg de Chérisy,

On l'emporte cependant, traversant la Sensée dans un si bel élan.



Hardis les gars, au 22ème c'est ainsi, on ne flanche jamais,

Il ne sera pas dit qu'aujourd'hui, nous serons tombés pour rien !

Quand dans la lutte sévère, les officiers sont à leur tour touchés,

Au Bataillon, c'est notre médecin qui dirige alors les fantassins !



Une poignée d'hommes, commandés par un brave sous-officier,

39 rescapés répondent présents quand on procède au roll call.

C'est tout ce qu'il reste, d'une unité d'élite, d'un bataillon d'acier,

700 braves canadiens-français se sont sacrifiés pour tenir parole.



Leurs regards fiers sont tournés vers les ruines de ce village fatal,

Où là-bas leurs frères d'armes ont fini par trouver leur tombeau.

Tant de souffrance, d'abnégation, de courage et de luttes inégales,

Ont écrit une page d' histoire dont ils portent si haut le flambeau.



Je me souviens est notre devise, ami, entends-tu nos tambours?

Ici nous avons tant lutté et souffert, avec ferveur, force et foi.

Contemple encore ces stèles jalonnant notre funeste parcours,

Ne nous fais pas périr une seconde fois, toi aussi, souviens toi ...

                         

                                                                  Auteur: Fabrice THERY (09/02/2016)

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Annie Pearson | Réponse 28.11.2016 07.46

bravo fabrice

Annie Pearson | Réponse 27.11.2016 20.04

Je suis la petite fille de Jo Pearson,,jai été 25 ans ,dans les forces

Chérisy-Castor-18 04.12.2016 09.14

Bonjour Annie, très heureux de faire votre connaissance. Raymond m'a beaucoup parlé de vous. Peut-être aurons nous la chance de nous croiser à Chérisy en 2018?

J. Vachon | Réponse 09.11.2016 13.49

Un travail de moine, d'archiviste, d'historien militaire et d'amour tous à la fois ! Félicitations !
Cpl J. Vachon
6e R22eR

Chérisy-Castor-18 04.12.2016 09.12

de moine trappiste alors Jocelyn

Jocelyn Vachon | Réponse 09.02.2016 18.39

Je me souviens ! Merci Fabrice.

Michel Legault | Réponse 22.12.2015 20.32

Merci de Blainville, Qc, Canada pour votre travail de recherche sur ce site. Je suis à lire "Histoire du 22e Bataillon" par Col. J. Chaballe, publié en 1952.

Chérisy-Castor-18 22.12.2015 20.49

Bonjour Mr,
très sensible aux commentaires de nos amis du Québec ! Merci pour votre mot sympathique. Nous œuvrons pour que ces braves ne soient pas oubliés !

Phil | Réponse 04.10.2015 03.13

Il y a longtemps que j'étais sur les traces de mon grand-oncle René Archambault. Personne de ma famille ne savait ces détails: en avez-vous plus?

Chérisy-Castor-18 04.10.2015 08.39

Bonjour monsieur, j'ai quelques docs en effet, auriez vous un mail à me confier? Voici le mien fabrice-thery@bbox.fr

Voir tous les commentaires

Commentaires

04.12 | 09:14

Bonjour Annie, très heureux de faire votre connaissance. Raymond m'a beaucoup parlé de vous. Peut-être aurons nous la chance de nous croiser à Chérisy en 2018?

...
04.12 | 09:12

de moine trappiste alors Jocelyn

...
28.11 | 07:46

bravo fabrice

...
27.11 | 20:04

Je suis la petite fille de Jo Pearson,,jai été 25 ans ,dans les forces

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE